Sections

Bain prolongé dans le chaudron spéléologique

Je suis tombé dans le chaudron spéléologique en 1951, j’avais 15 ans; 62 ans plus tard, bien que mon corps en émerge largement, je n’en suis pas complètement ressorti ! Ma passion n’est plus la même, elle a évolué du stade de la découverte et de la lutte physique contre un élément souvent hostile, à une approche plus raisonnée.

puits

Comme beaucoup de spéléologues de ma génération, à mes débuts, Norbert Casteret m’a fait rêver et a exacerbé une passion naissante. De mon Var natal et des départements limitrophes, mon rayon d’action s’est vite étendu de la frontière italienne aux Pyrénées-Atlantiques. Puis il s’est élargi à l’Algérie, au Maroc, à l’Espagne et l’Italie, au Tchad, au Liban, à l’Arabie, au Guatemala, au Mexique, au Brésil, aux Philippines, pour ne citer que les explorations les plus marquantes. Chaque fois je prenais des notes, faisais des croquis, levais des topographies. Il en a résulté le premier atlas des grands gouffres du monde, publié en 1972, à 2.000 exemplaires et à compte d’auteur. C’était la première publication de documentation mondiale sur la spéléologie et elle fut vite épuisée. Trois autres éditions suivirent en 1979, 1987, 1991, les deux dernières avec la collaboration de mon ami Claude CHABERT. Dans la même veine, trois éditions de l’Atlas des grandes cavités de la Provence et des Alpes de lumière, paraissaient entre 1975 et 1991, la dernière grâce à la participation très active de René PAREIN. Je renvoie les lecteurs à ma bibliographie. Depuis, l’explosion d’Internet qui voit circuler très rapidement l’information, a enlevé beaucoup d’intérêt à ce type de publication documentaire.

En 2003, les éditions Abymes publiaient Chroniques souterraines, biographie où je retraçais les émotions et explorations les plus marquantes qui marquèrent mes 50 ans de pratique de la spéléologie. Un demi-siècle durant lequel je participais activement à la révolution des mentalités de la spéléologie avec les premières grandes explorations en solitaire et à la révolution des techniques d’exploration des puits avec les premiers essais de progression sur corde.

Pour en revenir à l’évolution de la mentalité chez les retraités, il est amusant de signaler qu’en 2013, sur les 7.500 licenciés de la Fédération Française de Spéléologie, plus de 400 avaient 68 ans et plus !

J'ai mis en ligne les principaux articles que j'ai écrits, principalement dans Spelunca, revue de la Fédération française de spéléologie (FFS). Ils sont classés par année. Il y en a d'autres, mais je ne voudrais pas vous importuner avec toutes mes fantaisies!

Dossiers

Bibliographie Courbon
Cette bibliographie regroupe les huit atlas de cavités rédigées par l'auteur ou en collaboration, la Chronique souterraine biographie spéléologique de l'auteur, deux autres brochures rédigées en collaboration. Elle regroupe aussi la centaine d'articles écrit par l'auteur, seul ou en collabiration.

Dérapages non contrôlés
"Dites le avec des mots", contrepèteries spéléologiques, l'auteur s'exprime sans contraintes, ni garde-fous! Lecteurs prudes, s'abstenir!

Publications en vente
Deux de mes publications de livres ne sont pas encore épuisées. Elles sont encore disponibles et présentées dans ce dossier, Ce sont les chroniques souterraines (2003) et l'atlas des grandes cavités mondiales (2007) Mots-clefs : Biographie, Atlas.

Explorations

Rivière de Bramabiau (1951)
Ce fut ma première exploration d'une grotte. J'avais 15 ans.

Grotte des Deux Soeurs
Ce fut ma première grande cavité, explorée lors d'un camp organisé par les Eclaireurs de France en 1956

Naufrage à Gournier
Je me suis fait coincer quatre fois sous terre par des crues. Celle-ci fut la première de la série, j'avais 20 ans. C'est celle où l'attente fut la plus longue et la seule qui occasionna un secours.

Explorations en Algérie (1963-1965)
Description de mes activités spéléologiques en Algérie, juste après la fin de la guerre d'indépendance, de 1963 à 1965.

Banon et le Caladaïre (1969)
Banon, un beau village du Haut-Pays de Giono, lié à une farce estudiantine en 1957 et au Gouffre du Caladaïre. En 1969, je faisais l'exploration du gouffre dans des conditions saugrenues à ne pas imiter.

Chourum Dupont-Martin (1969)
Depuis l'échec des explorations menées par Martel en 1899 et les vides énormes révélés par l'exploration de de Joly en 1927, le Chourum Dupont-Martin effrayait les spéléologues. Description de la reprise des explorations par l'auteur et ses amis toulonnais ou grenoblois en 1969. Mots-clefs : La France ignorée..

Gouffre de la Pierre Saint-Martin (1971-78)
Description des explorations faites par l'auteur dans ce gouffre, longtemps le plus profond du monde. D'abord par une solitaire en 1971 à partir du Puits Lépineux, puis par la première exploration intégrale du gouffre (-1321) en 1978.

Gouffre d'Aphanicé (1972)
L'exploration première de ce gouffre donna lieu à une polémique, d'où le nom du puits des Pirates. Ce puits profond de 330m ou 328, selon les mesures, devint en 1972, le plus profond puits souterrain du monde. Il fut exploré avec la nouvelle méthode de remontée sur corde.

Sotano de Las Golondrinas-Mexique (1973)
Exploration du Sotano de las Golondrinas qui fut en 1967 le puits le plus profond du monde et qui reste encore le plus spectaculaire. Mots-clefs : Descendeur, jümar.

Expédition de la F.F.S au Guatemala (1975)
En 1974-1975,se déroulait une expédition au Guatemala, dirigée par D. Dreux et subventionnée en partie par la F.F.S.C'était la première expédition à bénéficier d'une aide de la F.F.S. Je participais à cette mission en 1975 avec pour objectif d'en assurer la publication.

Torca del Carlista (1975)
L'auteur décrit l'exploration de la Torca del Carlista, où un puits de 150 m débouche dans le plafond de l'une des plus grandes salles souterraines du monde.

Sistema Purificacion au Mexique(1979)
L'auteur décrit l'exploration du Sistema Purificacion au Mexique, en 1979. Au cours de l'exploration, la désobstruction d'un orifice supérieur consolide la place de plus profonde traversée du monde :858 m de dénivellation entre les orifices supérieur et inférieur.

Explorations en Jordanie (1980)
Il s'agit d'un article humoristique paru dans Grottes et Gouffres bulletin du Spéléo-Club de Paris, après une mission topographique de quatre mois effectuée par l'auteur en Jordanie.

Explorations en Algérie (1981-1982)
C'est la description des explorations effectuées par l'auteur au cours d'un séjour dans l'Ouest algérien, en 1981-1982.

Spéléologie en Arabie (1983)
Estimation du potentiel spéléologique de l'Arabie, après les séjours que l'auteur y a fait de 1982 à 2012, en tant que topographe.

Aven du Sarcophage (Var)
En 1983, après le congrès F.F.S. d'Hyères (var), un ensemble de spéléologues locaux s'attaqua à la désobstruction de l'Aven du Sarcophage, où une étroiture avec courant d'air s'ouvrait à -270.

Les sources vauclusiennes toulonnaises (1989)
En 1989, j'invitais Jean-Jacques Bolanz à venir plonger les deux grands siphons toulonnais. Au cours de ces plongées, aidé du S.C. Saint-Claude et des spéléologues locaux, il en atteignait le fond grâce aux mélanges gazeux : -118 au Ragas, -112 à Saint-Antoine. Le récit joint est quelque peu chauvin! Mots-clefs : Régression messinienne..

Explorations au Brésil (1991-94)
Rétrospective des explorations que l'auteur a fait au Brésil en 1991 et 1994, avec en particulier l'achèvement de la belle rivière de Sao Vicente et la topographie de la rivière de Janelon.

La Saga funèbre (1993)
Il s'agit de l'exploration de l'aven du Caveau, l'un des trois gouffres du plateau de Siou Blanc à porter un nom de sépulture ! J'y use de quelques libertés de style et de langage, pas toujours appréciées par ceux qui estiment que la spéléologie est une science sérieuse !

Un gouffre du Tibesti-Tchad (1994)
Un gouffre volcanique exceptionnel Le Doon Kinnimi (Tchad)révélé à l'auteur par les photographies aériennes en 1975!L'expédition de 1994, organisée par Jacques Rieu permet d'en atteindre le fond.

Positionnement d'un forage au Liban (1997)
L'auteur décrit les opérations topographiques qui ont permis de capter l'eau de la rivière souterraine de Qattine Azar, à 465 m de profondeur.

2000Jarash
Dans la magnifique site jordanien de Jarash a été dégagé un souterrain menant hors des remparts de la ville romaine. Son relevé topographique a été fait en 2000, lors d'une mission archéologique dans le pays.

Evolution des grandes Cavités de 1972 à 2002
Dans un article sur Spelunca, l'auteur décrit l'évolution de la dimension des plus grandes cavités mondiales en trente ans (1972-2002). Stupéfiant!

Expédition aux Philippines (2002)
Il s'agit d'un article écrit par Ph. Audra, P. Courbon et J.P. Sounier après une expédition de deux mois faite dans l'Ile de Samar aux Philippines. La cavité la plus importante explorée est la rivière de Can Yaha, d'un développement de 13 km.

Une escapade en Norvège (2003)
En 2003, l'auteur part en Norvège avec son fils et trois autres amis explorer des cavités classiques de la Norvège et en particulier le Ragge Javre Raige, belle traversée qui débouche dans un fjord.

Puits Nabatéens de Medaïn Salih (2005)
En 2005, l'auteur étudie les puits nabatéens du site splendide de Medaïn Salih en Arabie. Ceci n'est qu'une courte présentation du travail effectué, qui fera l'objet d'une étude publiée en 2008 dans Arabian Archeology and Epigraphy. Mots-clefs : Nabatéens.

Evolution des gouffres et puits les plus profonds du monde en 2006
Dans la rubrique "Echo des profondeurs" de Spelunca, l'auteur donne l'évolution des cavités les plus profondes du monde de 1953 à 2006.

Une aventure collective - Grotte de la Foux (2007)
En 2007, à l'instigation de Philippe Maurel, une centeine de spéléologues du var ont participé à une belle aventure collective : le pompage du siphon de la Foux de Ste-Anne d'Evenos et l'exploration de la suite de la cavité.

Les cavités françaises les plus méridionales
Suite à un périple de six moi aux archipels de Crozet et Kerguelen, puis à l'Ile d'Amsterdam, dans l'hémisphère sud, l'auteur décrit les cavités françaises les plus méridionales.

Un gouffre entre ciel et mer
L'auteur décrit un gouffre hors du commun dans un site hors du commun : celui du Parc National des Calanques. A protéger!

Les Tiankengs Chinois (2009)
Article écrit sur Spelunca pour révéler aux spéléologues les puits géants de la Chine (Tiankengs), portés depuis peu à la connaissance des Occidentaux. Mots-clefs : Tiankeng.

Les grottes refuges (2010)
Les grottes ont servi de refuge de tous temps. Ici l'auteur décrit quatre grottes qui ont servi de refuge durant les derniers conflits, en Algérie et en France. Mots-clefs : grotte refuge.

Grotte de Gueldaman en Algérie (2012)
Au cours de fouilles archéologiques entreprises en 2012 dans une belle grotte algérienne, l'auteur visite aussi les cavités environnantes et émet des hypothèses sur la formation de la grotte

Les puits et qanâts de Dûmat al-Jandal (Arabie saoudite)
Les trois spéléologues participent à une mission archéologique dans le nord de l'Arabie et doivent étudier les puits et qanâts liés à l'occupation humaine des lieux. Mots-clefs : qanâts.

Histoire de trous aux Garagaï de Sainte-Victoire (2012)
A partir de trois cavités de la montagne Sainte-Victoire, l'auteur essaye de trouver les éléments liés à la formation des cavités de ce massif. Paru dans la revue des Amis de Sainte-Victoire

Histoire du canyoning (2013)
Histoire du canyoning à partir de la descente des Gorges du Verdon par Martel en 1905. Évolution et canyoning moderne. Mots-clefs : canyoning, historique, verdon.

Grottes en falaise du Dévoluy (2013)
Cet article retrace l'exploration et surtout l'accès aux grottes en falaises les plus caractéristiques du massif du Dévoluy de 1972 à 2013, faites par P. Courbon et le S.C.Sanary.C'est parfois impressionnant. Paru dans Spelunca

Histoires d'Outre-temps
Reprise et commentaires de textes anciens de Pierre Martel, créateur de l'association Alpes de Lumière à Forcalquier (04).

Aven de la Bastide (Lozère) ou un accident exceptinnel
En 2014, je repasse devant un gouffre que j'avais exploré en 1967-68 et où une croix rappelle un accident à peine croyable.

Le phénomène naturel des Lacs du Laoucien
Cet article fait suite à celui des mégadolines du Var (2012), s'attardant plus sur les étonnants lacs du Laoutien à la Roquebrussanne (Var)

Evolution des techniques Spéléologiques/1
Depuis les premières explorations systématiques entreprises en Slovénie au XIXe siècle, jusqu'aux techniques de spéléologie alpines utilisées par Pierre Chevalier, les techniques d'exploration souterraines ont connu une forte évolution. Dans les années 1960, Bruno Dressler invente de nouveaux appareils qui vont préfigurer la révolution suivante.

Evolution des techniques spéléologiques/2
Cette deuxième partie traite des techniques de remontée sur cordes qui on été utilisées pour la première fois au Mexique en 1967, puis qui se sont généralisées avec l'emploi du jümar sous terre en 1970. L'auteur décrit les difficultés du changement de mentalité

Aven Jean Nouveau
Martel avait exploré le premier puits (167 m) de l'Aven Jean Nouveau en 1892. C'était un exploit pour l'époque. L'auteur raconte les explorations qui ont permis d'atteindre le siphon terminal (-573) et l'exploration solitaire qu'il y fit en 1972.

Ô temps suspend ton vol
Comme la population française, la population spéléologique a vieilli! Description d'une "jobastrerie de retraités".

Barrage de Port Miou
Entre 1971 et 1976 fut entreprise la construction d'un barrage souterrain unique, destiné à capter les eaux de la rivière souterraine de Port Miou. L'auteur reprend ici les étapes de la construction du barrage et de son histoire.

Les grottes marines de l'Estérel
L'auteur reprend l'exploration des grottes marines de l'Estérel que Martel décrivait avec beaucoup de lyrisme dans La France Ignorée et que les spéléologues avaient négligées.

2017grandventur
Ce modeste, mais intéressant, gouffre des Alpilles décrit par Martel dans la France Ignorée, méritait d'être revu et d'être l'objet d'une nouvelle description. Il fut retrouvé après de nombreuses recherches, grâce aux renseignement d'un chasseur.

La grotte Loubière à Marseille
La grotte Loubière aujourd'hui murée par mesure de sécurité, a une longue histoire. Théâtre d'un meurtre en 1898, topographiée par Jules Gavet en 1899, elle avait ensuite été aménagée, avant d'être fermée en 1989.L'auteur décrit cette cavité hors du commun.

Grotte Monnard
Cette grotte a été découverte en 1849, lors du creusement d'une galerie du canal de Marseille. D'une profondeur totale de 67 m, elle est aujourd'hui inaccessible. D'abord exploitée touristiquement, puis aménagée pour fournir de l'eau à la brasserie Phénix, elle fait partie du patrimoine marseillais.

Source de St-Antoine (2017)
La source de Saint-Antoine participe à l'alimentation en eau de la ville de Toulon. Elle est liée à l'établissement de la ville dans l'Antiquité. Elle donne accès à une rivière souterraine descendant beaucoup plus bas que le niveau de la mer et explorée en 2016 à 121 m de profondeur.

La plongée oubliée (2017)
En 2017, G. Acquaviva redécouvrait le compte-rendu d'une plongée oubliée. En 2004, M. Douchet et P. Bolagno, en plongeant l'aval de la rivière souterraine du gouffre du Petit-St-Cassien, en avaient fait la cavité la plus profonde du Var. Mais cette plongée difficile avait été ignorée des spéléologues ! Nous étudions ici ses possibilité de jonction avec la Foux de Nans-les-Pins.

Record, quand tu nous tiens!
L'auteur raconte la conquête de quelques grands gouffre mondiaux de 1935 à 2018. Parmi elles, celle à laquelle il a participé en 1978.

Puits et Mines a eau

Mine à eau de la Boucharde
C'est la mine à eau qui alimentait l'aqueduc desservant les fontaines de la ville d'Oraison (04. Cet aqueduc étudié par Christian Blanc datait du XVIIIe siècle et n'est plus en service.Le dossier ci-dessous décrit cette mine topographiée en février 2019.

Fontaine de la Louette
Les historiens de Forcalquier avaient perdu trace de cette fontaine déjà connue en 1512. Elle était redécouverte en 2012, alimentée par uine mine à eau. L'auteur redécrit ce qui est rattaché à son histoire et en fait la description.

Mine à eau de la citadelle de Forcalquier
La citadelle qui dominait Forcalquier a aujourd'hui disparu. Elle était alimentée en eau par une mine qui existe toujours. Outre la description de cette mine et des travaux de nettoyage qui s'y sont faits en 2018, l'auteur se penche sur sa toponymie.

Les puits de Forcalquier
L'auteur s'étonne du petit nombre de puits existant dans la vieille ville de Forcalquier, alors que les caves comportent de très nombreuses citernes. Il décrit et donne la coupe de ceux retrouvés dans la vieille ville et ses abords immédiats.

Mine à eau de la fontaine Plus-Basse à Ste-Tulle
Cette mine à eau datant du XVIIe siècle s'ouvre au coeur du village de Ste-Tulle. Son lever et sa description ont été réalisés en octobre 2019.

Grotte de l'Abbé de Régis à Istres
Cette mine à eau hors du commun est une véritable œuvre d'art. Elle a été creusée au XVIIIe siècle sous la conduite de l'abbé de Régis de la famille du bailli de Suffren. Nous en fournissons ici la description et le plan, après notre visite d'octobre 2016 faite en compagnie de Valérie Kuhn et Gérard Acquaviva.

Puits de la citadelle de Besançon
Ce puits a été creusé au moment du réaménagement du fort de Besançon, sous Vauban. Une étude précise n'en avait pas été faite, aussi en 2015, avec l'aide des spéléologues du comité départemental FFS, l'auteur explore ce puits, obbstrué à 118m de profondeur.

Puits du Fort d'e Joux
Ce puits fut creusé sous Vauban au moment de la modernisation du fort. Les descriptions faites par ceux qui l'avaient descendu étant contradictoires, l'auteur l'explora en 2015, avec l'aide précieuse des spéléologues locaux.

¨Le souterrain du Krak de Montréal (Jordanie)
Le Krak de Montréal (Jordanie) ou Qala't Shawbak, fut occupé par les Croisés au XIIe siècle, avant d'être repris par Salah ed-Din en 1188. Les croisés y creusèrent un souterrain de 80 m de dénivellation pour aller capter l'eau d'une source au fond d'un wadi.

Mine à eau de Seillons-Source d'Argens
En 2009, lors de l'aménagement d'une place, un puits fut mis à jour à Seillons-Source d'Argens. La maisrie fit appel aux spéléologues du département pour l'explorer et tenter la communication avec une longue mine à eau située en aval.

Les plus profonds puits à eau du monde
Après avoir pris connaissance du puits de la Halle à Cordes-sur-Ciel (Tarn), profond de 113 m et creusé au XIIIe siècle, l'auteur a cherché à réunir une documentation sur les puits à eau les plus profonds du monde. Sauf exception, ils se trouvent dans les forteresse où l'alimentation en eau était vitale en cas de siège

Etudes

Synthèse des recherches spéléologiques à Siou Blanc
Faisant suite aux travaux d'inventaire du BRGM en 1965-1967, l'auteur tente une première synthèse sur les recherches et l'hydrologie du vaste plateau calcaire s'étendant au nord de Toulon.

Nouvelle precision des GPS en 2001
En 2001, le gouvernement américain a supprimé les altérations concernant l'utilisation civile des GPS. Du coup, la précision des GPS de poche est passé de 100 m à mois de 5 m. L'auteur décrit les tests qu'il a effectués pour déterminer cette nouvelle précision et donne des explications aux spéléologues de base.

GPS et cartes sur CD-Rom
Depuis trois ans, l'altération sur les GPS avait été enlevée. On voyait apparaître les cartes sur CD-Rom et la précision du GPS était devenue compâtible avec celle des cartes. L'auteur a essayé de le faire comprendre d'une manière pédagogiques aux spéléologues qui n'avaient pas eu de formation tographique et cartographique

2005fichierVar
Au congrès FFS d'Ollioules, en 2003, Jean-Pierre Lucot avait vendu 80 CD-Rom du fichier de cavités du Var. Il était l'un des précurseurs. P. Courbon dresse un historique de ceux qui auparavant se sont attchés à la création d'un fichier du Var et J.-P. Lucot décrit le CD-Rom et son utilisation.

Etude spéléologique du plateau de Siou Blanc
Commencée en 1979 par Paul Courbon, l'étude du plateau de Siou Blanc, au dessus de Toulon était reprise avec une grande implication à partir de 1993 par Philippe Maurel. Aidé par le Comité Départemental de Spéléologie du Var il apporta beaucoup à la connaissance de ce massif calcaire. Les deux spéléologues font le point de cette aventure

Clin d'oeil à Claude Chabert
En 2009, mon ami Claude Chabert s'en allait après le douloureux naufrage de la maladie d'Alzheimer. Je retrace ici tout ce qui nous a rapprochés pendant plus de 20 ans et sa contribution à la documentation spéléologique.

Histoire des désobstructions à l'explosif
Lors de la réhabilitation du prieuré de Sainte-Victoire, l'association des Amis de Sainte-Victoire a mis à jour une cavité avec des creusements à la barre à mine que les archives du prieuré ont permis de dater à 1651. L'auteur qui s'était investi dans l'association se mit en quête de savoir si c'était les premiers creusements souterrains à l'explosif.

L'UGPS système de positionnement souterrain par satellite
Ce système en cours d'essai donne les coordonnées d'un capteur se déplaçant sous terre à partir de quatre GPS fixe répartis en surface. La profondeur de détection est limité par la conductivité du sol.

Les mégadolines du Var
Après avoir exploré le Trou de l'Infernet en 1995, puis les lacs du Laoutien en 2009, l'auteur s'est intéressé aux vastes cavités du Var générées par la dissolution d'une grande poche de gypse souterraine.

Ô rage ô désespoir !
Revisitant trente ans après une merveilleuse salle qu'il avait découverte en 1954, l'auteur constate avec amertume les dégats causés par la spéléologie de masse. Même constat pour une autre grotte des Causses. L'auteur discute du problème et des mesures à prendre

Les Grandes Expéditions Spéléologiques Françaises
Les Expéditions Spéléologiques Françaises créees par Raymond Gaché en 1952, prennent fin avec sa mort en 1968. Elles étaient cahrgées de coordonner les grandes expéditions spéléologiques à l'étranger. En 1976, sur proposition de Gérard Propos, Paul Courbon est nommé directeur de la commission de la FFS chargée de la remplacer. L'auteur décrit les premières années de cette commission.

Brève histoire des plongées en scaphandre
En 1954, en 1956, puis en 1979 et en 1999, j'avais déjà accompagné des plongeurs à des siphons souterrains, dans le rôle de "porteur de bouteille" En 2016, j'allais voir les plongeurs lors de leurs exploration de la rivière hors normes de Port Miou, à Cassis. Les nouveaux matériels avec recycleurs et scooters sous-marins étaient apparus, c'était un autre monde qui n'avait plus rien à voir avec ce que j'avais vu auparavant. J'ai voulu alors écrire une histoire qui fasse revivre cette évolution extraordinaire.

La régression messinienne
De nombreux siphons explorés ces dernières années descendent beaucoup plus bas que le niveau de la Méditerranée. Pour certains d'entre eux, seule la régression messinienne, dont on a pris conscience que depuis le début des années 1980, en a permis l'explication. J'ai voulu l'expliquer pour les spéléologues de base.

Siphons descendant plus bas que la Méditerranée
Dans le cadre du site internet de Cassis la Rivière mystérieuse, dont je m'occupe, j'ai voulu placer le siphon de Port Miou par rapport à d'autres siphons de grande profondeur.